Nouvelles

Opérations Panzer : Panzer Group 3 de l'Allemagne pendant l'invasion de la Russie, 1941, Hermann Hoth

Opérations Panzer : Panzer Group 3 de l'Allemagne pendant l'invasion de la Russie, 1941, Hermann Hoth

Opérations Panzer : Panzer Group 3 de l'Allemagne pendant l'invasion de la Russie, 1941, Hermann Hoth

Opérations Panzer : Panzer Group 3 de l'Allemagne pendant l'invasion de la Russie, 1941, Hermann Hoth

Hermann Hoth a commandé le 3e Groupe Panzer lors de l'invasion allemande de l'Union soviétique en 1941. Dans ce rôle, il a joué un rôle majeur dans les victoires allemandes de 1941. Ce livre donne sa vision de la période entre l'invasion de l'Union soviétique et octobre 1941, mais se termine juste avant le début de l'attaque de Moscou.

Hoth a produit une vision plus équilibrée des combats que certains de ses contemporains. La ligne standard adoptée par de nombreux généraux allemands était que les décisions d'Hitler étaient presque toujours mauvaises, et s'il leur avait seulement laissé la direction de la guerre, le résultat aurait été différent. Hoth, au moins au milieu des années 1950 lorsque ce livre a été écrit, était plus disposé à admettre que parfois Hitler avait un argument valable, et certains de ses ordres ont produit d'importantes victoires allemandes.

Il y a également eu une tendance à dépeindre les combats de 1941 comme assez simples pour les Allemands, mais Hoth ne soutient pas ce point de vue. Il enregistre de durs combats et une série de crises pour les Allemands, entrecoupées de victoires dramatiques. Il nous donne également un aperçu de l'absence d'un plan d'ensemble une fois la campagne lancée, ce qui est soutenu par d'autres sources. Au contraire, Hoth exagère peut-être les problèmes rencontrés par les Allemands dans la première partie de la campagne, étant donné les avancées impressionnantes qu'ils ont faites au cours de l'année.

Ironiquement, le seul chapitre qui est de peu d'utilité maintenant est celui qui examine la guerre au milieu des années 1950 et l'influence potentielle des armes nucléaires tactiques, qui en même temps surestime la volonté des combattants de recourir aux armes nucléaires, et sous-estime considérablement leur impact ( allant jusqu'à suggérer que l'infanterie pourrait éviter les effets d'une explosion nucléaire à proximité en s'abritant dans un trou de renard !)

Il s'agit d'une source primaire utile pour la première partie de la campagne de 1941, même s'il faut être conscient des préjugés de Hoth, et il est dommage qu'il s'arrête avant l'attaque de Moscou, car son point de vue sur une période d'échec allemand ont été intéressants.

Chapitres
1. Introduction
2. Arrière plan
3 - Destruction de l'ennemi dans les zones frontalières, 22 juin-1er juillet
4 - Au quartier général d'Hitler, du 26 au 30 juin 1941
5 - De Minsk à la Dvina occidentale, 1-7 juillet 1941
6 - La bataille de Smolensk, 8-16 juillet
7 - Fermeture de la poche de Smolensk, 16 juillet-18 août
8 - Moscou, Kiev ou Léningrad
9 - Les opérations de la bataille de Viazma
Épilogue : La carrière d'Hermann Hoth après la bataille de Vyazma

Auteur : Hermann Hoth
Traducteur : Linden Lyons
Édition : Relié
Pages : 256
Editeur : Casemate
Année : 2015



Opérations Panzer : Panzer Group 3 de l'Allemagne pendant l'invasion de la Russie, 1941

Hermann Hoth a dirigé le 3e groupe panzer allemand au centre du groupe d'armées en tandem avec le 2e groupe Guderian - lors de l'invasion de l'Union soviétique en 1941. Ensemble, ces deux commandants de panzer audacieux ont remporté une série de victoires étonnantes, encerclant des armées russes entières à Minsk, Smolensk et Viazma, jusqu'aux portes mêmes de Moscou

Par Hermann Hoth & Linden Lyons

Hermann Hoth a dirigé le 3e groupe panzer allemand au centre du groupe d'armées - en tandem avec le 2e groupe de Guderian - lors de l'invasion de l'Union soviétique en 1941. Ensemble, ces deux commandants panzer audacieux ont remporté une série de victoires étonnantes, encerclant des armées russes entières à Minsk, Smolensk , et Viazma, jusqu'aux portes mêmes de Moscou.

Dans cet ouvrage, publié à l'origine en allemand en 1956, Hoth discute de ses décisions exactes de commandement pendant Barberousse - toujours la plus grande offensive continentale jamais entreprise - pour révéler de nouvelles idées sur la façon dont l'Allemagne aurait pu, et à son avis aurait dû, réussir dans la campagne.

Hoth analyse l'origine, le développement et l'objectif du plan, et présente les situations rencontrées, les décisions prises et les erreurs commises par la direction de l'armée, alors que la nouvelle forme de guerre mobile a surpris non seulement les Soviétiques mais la direction allemande elle-même, qui n'a pas fourni d'infrastructure de soutien pour les percées de leur bras panzer.

Hoth met en lumière la lutte décisive et toujours croissante entre Hitler et ses conseillers militaires sur la question de savoir si, une fois le Dniepr et la Dvina atteints, il faut adhérer à l'idée originale de s'emparer de Moscou. Il examine ensuite enfin en détail si les Allemands, après avoir anéanti les armées russes restantes face au groupe d'armées Centre dans l'opération Typhon, pouvaient encore espérer l'occupation de la capitale russe Hoth conclut son étude par plusieurs enseignements pour l'utilisation offensive future des formations blindées.

Son analyse de première main est une lecture vitale pour tout étudiant de la Seconde Guerre mondiale.


ISBN 13 : 9781612002699

Hoth, Hermann

Cette édition ISBN spécifique n'est actuellement pas disponible.

Ce livre, initialement publié en allemand en 1956, a maintenant été traduit en anglais, dévoilant une multitude d'expériences et d'analyses sur l'opération Barbarossa, peut-être la campagne militaire la plus importante du 20e siècle.

Hermann Hoth a dirigé l'Allemagne&# x2019s 3e groupe Panzer au centre du groupe d'armées&# x2014en tandem avec Guderian&# x2019s 2e groupe&# x2014lors de l'invasion de l'Union soviétique, et ensemble ces deux commandants panzer audacieux ont remporté une série de victoires étonnantes, encerclant l'ensemble des armées russes à Minsk, Smolensk et Viazma, jusqu'aux portes mêmes de Moscou.

Ce travail commence avec Hoth discutant de l'utilisation d'armes nucléaires dans les conflits futurs. Cette réflexion d'après-guerre à la tête froide, de l'un des meilleurs commandants de panzer de l'Allemagne nazie, est assez rare. Mais ensuite, Hoth plonge dans ses décisions de commandement exactes pendant Barbarossa&# x2014 encore la plus grande offensive continentale jamais entreprise&# x2014 pour révéler de nouvelles perspectives sur la façon dont l'Allemagne aurait pu, et à son avis, aurait dû réussir dans la campagne.

Hoth analyse de manière critique l'origine, le développement et l'objectif du plan contre la Russie, et présente les situations rencontrées, les décisions prises et les erreurs commises par l'armée&# x2019s leadership, comme la nouvelle forme de guerre mobile a surpris non seulement les Soviétiques sur la fin de réception mais la direction allemande elle-même, qui n'a pas réussi à fournir une infrastructure de soutien pour leurs percées panzer arm&# x2019s.

Hoth met en lumière la lutte décisive et toujours croissante entre Hitler et ses conseillers militaires sur la question de savoir si, une fois le Dniepr et la Dvina atteints, il faut adhérer à l'idée originale de s'emparer de Moscou. Hitler&# x2019s la décision capitale de détourner ses forces vers Kiev et le sud n'est intervenue qu'à la fin d'août 1941. Il a finalement examiné en détail si les Allemands, après avoir effacé les autres armées russes face au centre du groupe d'armées lors de l'opération Typhon, pouvaient encore espérer l'occupation de la capitale russe qui tombent.

Hoth conclut son étude avec plusieurs leçons pour l'utilisation offensive des formations blindées à l'avenir. Son analyse de première main, publiée ici pour la première fois en anglais, sera une lecture vitale pour tout étudiant de la Seconde Guerre mondiale.

1. Introduction
2. Arrière plan
3 Destruction de l'ennemi dans les zones frontalières, 22 juin&# x20131 juillet
4 Au siège d'Hitler&# x2019s, 26&# x201330 juin 1941
5 De Minsk à la Dvina occidentale, 1&# x20137 juillet 1941
6 La bataille de Smolensk, 8&# x201316 juillet
7 Fermeture de la poche de Smolensk, 16 juillet&# x201318 août
8 Moscou, Kiev ou Léningrad
9 Les opérations de la bataille de Viazma

Conclusion
Épilogue : Hermann Hoth&# x2019s Carrière après la bataille de Vyazma par Linden Lyons
Annexes
Remarques
Bibliographie

"synopsis" peut appartenir à une autre édition de ce titre.

Hermann Hoth (1885-1971) a commencé la Seconde Guerre mondiale à la tête d'un corps motorisé. Au cours de l'opération Barbarossa, il commanda le groupe Panzer 3 du groupe d'armées Centre et, vers la fin de 1941, il fut promu au commandement de la 17e armée. En juin 1942, il reçut le commandement de la 4e armée blindée. En 1943, à la suite de la bataille de Koursk, il est relevé de son commandement. Après avoir purgé six ans de prison à la suite du procès de Nuremberg, Hoth s'est tourné vers l'écriture et est décédé à l'âge de 85 ans à Goslar, en Allemagne.

Linden Lyons est titulaire d'une maîtrise en histoire de l'Université Monash de Melbourne, en Australie. Il a également étudié l'allemand à l'Université de Fribourg et la bibliothéconomie à l'Université de Canberra. Il est passionné par les langues, les échecs et l'escrime et vit à Melbourne avec sa famille. Il a également traduit Panzer Operations d'Hermann Hoth dans la série Wehrmacht im Kampf, et travaille actuellement sur une autre traduction pour la série.

Le style d'écriture de "Hoth" est direct et précis, mais il reste très lisible et suscite la réflexion. C'est un commandant qui se soucie profondément de ses soldats et de leur bien-être, mais aussi du mentorat et du développement de ses dirigeants. Je recommanderais fortement ce livre à tout leader désireux de comprendre clairement ce que le commandement (mis en évidence par une action audacieuse et décisive) implique dans un contexte opérationnel." (Revue militaire)

Les annexes comprennent des ordres opérationnels réels, mais (contrairement au livre de Guderian, Panzer Leader), ce n'est pas un mémoire - c'est une masterclass sur ce qui s'est passé et comment commander une armure. Pour cette seule raison, il doit être acheté et lu par quiconque pense connaître le travail des chars, du commandement ou de l'état-major ainsi que par ceux qui s'intéressent à l'histoire militaire. 5 étoiles.” (Service de rumeurs de l'armée)

“Il est intéressant de voir comment un commandant supérieur considérait les machinations du commandement supérieur et l'impact sur les performances de la campagne.” (Jeux de guerre miniatures)

“Une étude utile sur la façon dont les dirigeants allemands n'ont pas réussi à fournir un soutien logistique adéquat pour capitaliser sur les percées réalisées par les divisions Panzer.” (Véhicules militaires classiques)


Opérations Panzer

LA DESCRIPTION
Ce livre, initialement publié en allemand en 1956, a maintenant été traduit en anglais, dévoilant une multitude d'expériences et d'analyses sur l'opération Barbarossa, peut-être la campagne militaire la plus importante du 20e siècle.

Hermann Hoth a dirigé le 3e groupe panzer allemand au centre du groupe d'armées - en tandem avec le 2e groupe de Guderian - pendant l'invasion de l'Union soviétique, et ensemble, ces deux commandants panzer audacieux ont remporté une série de victoires étonnantes, encerclant des armées russes entières à Minsk, Smolensk, et Viazma, jusqu'aux portes mêmes de Moscou.

Ce travail commence avec Hoth discutant de l'utilisation d'armes nucléaires dans les conflits futurs. Cette réflexion d'après-guerre à la tête froide, de l'un des principaux commandants de panzers de l'Allemagne nazie, est assez rare. Mais Hoth plonge ensuite dans ses décisions de commandement exactes pendant Barbarossa - toujours la plus grande offensive continentale jamais entreprise - pour révéler de nouvelles informations sur la façon dont l'Allemagne aurait pu et, à son avis, aurait dû réussir dans la campagne.

Hoth analyse de manière critique l'origine, le développement et l'objectif du plan contre la Russie, et présente les situations rencontrées, les décisions prises et les erreurs commises par la direction de l'armée, alors que la nouvelle forme de guerre mobile a surpris non seulement les Soviétiques sur la réception mais les dirigeants allemands eux-mêmes, qui n'ont pas fourni d'infrastructure de soutien pour les percées de leur bras panzer.

Hoth met en lumière la lutte décisive et toujours croissante entre Hitler et ses conseillers militaires sur la question de savoir si, une fois le Dniepr et la Dvina atteints, il faut adhérer à l'idée originale de s'emparer de Moscou. La décision capitale d'Hitler de détourner ses forces vers Kiev et le sud n'est intervenue qu'à la fin d'août 1941. Il a finalement examiné en détail si les Allemands, après avoir anéanti les armées russes restantes face au groupe d'armées Center lors de l'opération Typhon, pouvaient encore espérer l'occupation du capitale russe qui tombent.

Hoth conclut son étude avec plusieurs leçons pour l'utilisation offensive des formations blindées à l'avenir. Son analyse de première main, publiée ici pour la première fois en anglais, sera une lecture vitale pour tout étudiant de la Seconde Guerre mondiale.

TABLE DES MATIÈRES

1. Introduction
2. Arrière plan
3 Destruction de l'ennemi dans les zones frontalières, 22 juin-1er juillet
4 Au quartier général d'Hitler, du 26 au 30 juin 1941
5 De Minsk à la Dvina occidentale, du 1er au 7 juillet 1941
6 La bataille de Smolensk, du 8 au 16 juillet
7 Fermeture de la poche de Smolensk, du 16 juillet au 18 août
8 Moscou, Kiev ou Léningrad
9 Les opérations de la bataille de Viazma
Conclusion
Epilogue : La carrière d'Hermann Hoth après la bataille de Viazma par Linden Lyons
Annexes
Remarques
Bibliographie

DES DÉTAILS
Date de publication : avril 2015
Editeur : Casemate
Numéros : 224
Format : E-book, Relié, Paperpack
Série : Die Wehrmacht im Kampf
Illustration : photos 16pp


Opérations Panzer : Groupe Panzer 3 de l'Allemagne pendant l'invasion de la Russie, 1941

Ce livre dévoile une mine d'expériences et d'analyses sur l'opération Barbarossa, peut-être la campagne militaire la plus importante du vingtième siècle, d'un point de vue rarement rencontré.

Hermann Hoth a dirigé le 3e groupe panzer allemand au centre du groupe d'armées - en tandem avec le 2e groupe de Guderian - pendant l'invasion de l'Union soviétique, et ensemble, ces deux commandants panzer audacieux ont remporté une série de victoires étonnantes, encerclant des armées russes entières à Minsk, Smolensk , et Viazma, jusqu'aux portes mêmes de Moscou.

Ce travail commence avec Hoth discutant de l'utilisation d'armes nucléaires dans les conflits futurs. Cette réflexion froide d'après-guerre, de la part de l'un des principaux commandants de panzers de l'Allemagne nazie, est assez rare. Mais Hoth plonge ensuite dans ses décisions de commandement exactes pendant Barbarossa - toujours la plus grande offensive continentale jamais entreprise - pour révéler de nouvelles informations sur la façon dont l'Allemagne aurait pu et, à son avis, aurait dû réussir dans la campagne.

Hoth analyse de manière critique l'origine, le développement et l'objectif du plan contre la Russie, et présente les situations rencontrées, les décisions prises et les erreurs commises par la direction de l'armée, alors que la nouvelle forme de guerre mobile a surpris non seulement les Soviétiques sur la réception mais les dirigeants allemands eux-mêmes, qui n'ont pas fourni d'infrastructure de soutien pour les percées de leur bras panzer.

Hoth met en lumière la lutte décisive et sans cesse croissante entre Hitler et ses conseillers militaires sur la question de savoir si, après l'atteinte du Dniepr et de la Dvina, il faut adhérer à l'idée originale de s'emparer de Moscou. La décision capitale d'Hitler de détourner ses forces vers Kiev et le sud n'est intervenue qu'à la fin d'août 1941. Il a finalement examiné en détail si les Allemands, après avoir anéanti les armées russes restantes face au groupe d'armées Center lors de l'opération Typhon, pouvaient encore espérer l'occupation du capitale russe qui tombent.

Hoth conclut son étude avec plusieurs leçons pour l'utilisation offensive des formations blindées à l'avenir. Son analyse de première main, publiée ici pour la première fois en anglais, sera une lecture vitale pour tout étudiant de la Seconde Guerre mondiale.


Opérations Panzer - Panzer Group 3 de l'Allemagne pendant l'invasion de la Russie, 1941

Ce livre, initialement publié en allemand en 1956, a maintenant été traduit en anglais, dévoilant une multitude d'expériences et d'analyses sur l'opération Barbarossa, peut-être la campagne militaire la plus importante du 20e siècle. Hermann Hoth a dirigé le 3e groupe panzer allemand au centre du groupe d'armées - en tandem avec le 2e groupe de Guderian - lors de l'invasion de l'Union soviétique, et ensemble, ces deux commandants panzer audacieux ont remporté une série de victoires étonnantes, encerclant des armées russes entières à Minsk, Smolensk, et Viazma, jusqu'aux portes mêmes de Moscou. Ce travail commence avec Hoth discutant de l'utilisation d'armes nucléaires dans les conflits futurs. Cette réflexion froide d'après-guerre, de l'un des principaux commandants de panzers de l'Allemagne nazie, est assez rare. Mais Hoth plonge ensuite dans ses décisions de commandement exactes pendant Barbarossa – toujours la plus grande offensive continentale jamais entreprise – pour révéler de nouvelles informations sur la façon dont l'Allemagne aurait pu et, à son avis, aurait dû réussir dans la campagne. Hoth analyse de manière critique l'origine, le développement et l'objectif du plan contre la Russie, et présente les situations rencontrées, les décisions prises et les erreurs commises par la direction de l'armée, alors que la nouvelle forme de guerre mobile a surpris non seulement les Soviétiques sur la réception mais les dirigeants allemands eux-mêmes, qui n'ont pas fourni d'infrastructure de soutien pour les percées de leur bras panzer. Hoth met en lumière la lutte décisive et toujours croissante entre Hitler et ses conseillers militaires sur la question de savoir si, une fois le Dniepr et la Dvina atteints, il faut adhérer à l'idée originale de s'emparer de Moscou. La décision capitale d'Hitler de détourner ses forces vers Kiev et le sud n'est intervenue qu'à la fin d'août 1941. Il a finalement examiné en détail si les Allemands, après avoir anéanti les armées russes restantes face au groupe d'armées Center lors de l'opération Typhon, pouvaient encore espérer l'occupation du capitale russe qui tombent. Hoth conclut son étude avec plusieurs leçons pour l'utilisation offensive des formations blindées à l'avenir. Son analyse de première main, publiée ici pour la première fois en anglais, sera une lecture vitale pour tout étudiant de la Seconde Guerre mondiale.


Opérations Panzer : Panzer Group 3 de l'Allemagne pendant l'invasion de la Russie, 1941 par Hermann Hoth (Couverture rigide, 2015)

L'article neuf, non utilisé, non ouvert et non endommagé le moins cher dans son emballage d'origine (lorsque l'emballage est applicable). L'emballage doit être le même que celui que l'on trouve dans un magasin de détail, à moins que l'article ne soit fait à la main ou ait été emballé par le fabricant dans un emballage non destiné à la vente au détail, comme une boîte non imprimée ou un sac en plastique. Voir les détails pour une description supplémentaire.

Qu'est-ce que ce prix signifie?

Il s'agit du prix (hors frais de port et de traitement) qu'un vendeur a fourni auquel le même article, ou un article qui lui est presque identique, est proposé à la vente ou a été proposé à la vente dans un passé récent. Le prix peut être le prix du vendeur ailleurs ou le prix d'un autre vendeur. Le montant et le pourcentage « hors » signifient simplement la différence calculée entre le prix fourni par le vendeur pour l'article ailleurs et le prix du vendeur sur eBay. Si vous avez des questions concernant les prix et/ou les remises offerts dans une annonce particulière, veuillez contacter le vendeur de cette annonce.


OPÉRATIONS DE PANZER GERMANY'S PANZER GROUP 3 PENDANT L'INVASTION DE LA RUSSIE, 1941

par Hermann Hoth, 224 pages, photos 16pp

Ce livre, initialement publié en allemand en 1956, a maintenant été traduit en anglais, dévoilant une multitude d'expériences et d'analyses sur l'opération Barbarossa, peut-être la campagne militaire la plus importante du 20e siècle.

Hermann Hoth a dirigé le 3e groupe panzer allemand au centre du groupe d'armées et mdashin en tandem avec le 2e groupe Guderian lors de l'invasion de l'Union soviétique, et ensemble, ces deux commandants panzer audacieux ont remporté une série de victoires étonnantes, encerclant des armées russes entières à Minsk, Smolensk et Viazma, tous le chemin jusqu'aux portes mêmes de Moscou.

Ce travail commence avec Hoth discutant de l'utilisation d'armes nucléaires dans les conflits futurs. Cette réflexion d'après-guerre à la tête froide, de l'un des principaux commandants de panzer de l'Allemagne nazie, est assez rare. Mais ensuite, Hoth plonge dans ses décisions de commandement exactes pendant Barbarossa & mdash toujours la plus grande offensive continentale jamais entreprise & mdash pour révéler de nouvelles informations sur la façon dont l'Allemagne aurait pu, et, à son avis, aurait dû réussir dans la campagne. Hoth analyse de manière critique l'origine, le développement et l'objectif du plan contre la Russie, et présente les situations rencontrées, les décisions prises et les erreurs commises par la direction de l'armée, alors que la nouvelle forme de guerre mobile a surpris non seulement les Soviétiques à la réception fin mais la direction allemande elle-même, qui n'a pas fourni d'infrastructure de soutien pour leurs percées de panzer arm&rsquos. Hoth met en lumière la lutte décisive et toujours croissante entre Hitler et ses conseillers militaires sur la question de savoir si, une fois le Dniepr et la Dvina atteints, il faut adhérer à l'idée originale de s'emparer de Moscou. La décision capitale d'Hitler de détourner ses forces vers Kiev et le sud n'est intervenue qu'à la fin d'août 1941. Il a ensuite examiné en détail si les Allemands, après avoir anéanti les armées russes restantes face au groupe d'armées Centre lors de l'opération Typhon, pouvaient encore espérer l'occupation du capitale russe qui tombent.

Hoth conclut son étude avec plusieurs leçons pour l'utilisation offensive des formations blindées à l'avenir. Son analyse de première main, publiée ici pour la première fois en anglais, sera une lecture vitale pour tout étudiant de la Seconde Guerre mondiale.


Opérations Panzer

Les lecteurs astucieux ont peut-être remarqué qu'à ce jour, j'ai hésité à relire les livres écrits par des officiers allemands qui ont combattu pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors pourquoi ce livre ? J'y reviendrai, mes réflexions sur l'auteur et une mise en garde pour les lecteurs, mais parlons d'abord du livre lui-même.

Initialement rédigé en 1956, il s'agit de l'édition en anglais, et une bonne édition. La traduction de Linden Lyons est excellente. Son travail se compare parfaitement à d'autres traducteurs d'histoire militaire notables travaillant pour le marché de la langue anglaise (tels que Stuart Britton - l'un de mes favoris pour rendre les publications russes disponibles ici aux États-Unis).

L'auteur, Hermann Hoth, est surtout connu pour avoir été le commandant du groupe Panzer 3 allemand lors de l'invasion allemande de l'Union soviétique en 1941 (opération Barbarossa). Il ne fait aucun doute que Hoth avait un esprit sain pour mener une guerre blindée au niveau opérationnel. Pour cette raison, j'ai salué le choix de Hoth de commencer cette publication en offrant ses opinions sur ce qui était alors certains des problèmes actuels les plus urgents dans les opérations militaires. Cela comprend une discussion importante sur l'utilisation du blindage pendant la guerre nucléaire tactique, ce que j'ai apprécié. Son commentaire sur ces questions reflétait bien le débat sur l'utilisation de telles armes dans la guerre au cours des années 1950. En même temps, cela rappelle au lecteur le vaste potentiel de destruction immense que recèlent de telles armes.

De là, Hoth saute dans Barbarossa, y compris une discussion détaillée de la planification et du rôle de son groupe de panzers dans la campagne. C'est le gros du livre. L'analyse de Hoth est bienvenue en termes de fournir aux lecteurs une meilleure compréhension des problèmes auxquels l'état-major allemand est confronté dans la construction d'un plan d'invasion viable ainsi que le rôle de l'histoire militaire prussienne/allemande dans l'influence de la pensée de ces officiers. Hoth n'a pas peur de signaler les erreurs, bien que Hoth fasse ce que tous ses pairs feraient après la guerre - c'est-à-dire détourner régulièrement les critiques potentielles de leurs erreurs dans la poursuite de la guerre et de son issue désastreuse pour l'Allemagne sur Hitler seul. C'était le livre de jeu standard pour les officiers militaires allemands écrivant après la guerre et dans le cadre d'un plan coordonné pour présenter le leadership militaire allemand sous le meilleur jour possible. Bien que Hoth termine le livre en proposant des leçons sur l'utilisation des blindés dans les opérations modernes, c'est son analyse de Barberousse qui fait la force du livre mais aussi sa faiblesse.

Du côté positif, Hoth décompose de manière critique le plan pour Barbarossa, le type de considérations à prendre en compte et les problèmes fondamentaux qui n'ont jamais vraiment été résolus en termes de forage des objectifs disparates de Barbarossa dans un plan d'opérations fonctionnel et ciblé. . Cela et le récit qu'il fournit sur les opérations du Panzer Group 3 pendant Barbarossa sont la raison pour laquelle je pense que ce livre devrait être lu (l'aperçu de Hoth sur les rouages ​​de la gestion de grandes forces blindées sur le champ de bataille vaut la peine d'être examiné). Cela dit, le problème est que je ne pense pas que ce livre devrait être lu par quiconque sans une compréhension déjà approfondie de la guerre menée entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique. Un lecteur mal informé peut facilement être induit en erreur en lui faisant croire que Hoth et ses collègues officiers, s'ils avaient été écoutés, auraient gagné la guerre pour l'Allemagne. Ce n'est tout simplement pas vrai.

En fait, bon nombre des plus gros problèmes de Barbarossa en tant que plan provenaient de l'armée allemande. Le chef d'état-major de l'armée allemande, Franz Halder, a commis de nombreuses erreurs (entre autres) au-delà de ce qui serait considéré comme acceptable. Pourtant, Hoth lui donne essentiellement un laissez-passer gratuit. Encore une fois, ce n'est pas rare, qu'il s'agisse de lire les mémoires de Guderian, Manstein, Mellinthin ou de l'un des dizaines d'autres livres d'après-guerre écrits par les principaux généraux allemands de la Seconde Guerre mondiale, le message est cohérent - ce n'était pas notre faute et nous ne sommes pas des criminels de guerre. Cela m'amène à une autre force de cette traduction en anglais.

La plupart des traductions en anglais des divers ouvrages d'après-guerre du général allemand ne sont généralement que cela - des traductions directes. Cette série particulière de livres dont fait partie la nouvelle édition de Hoth (Die Wermacht Im Kampf) fournit un contexte dont nous avons grandement besoin. Dans un épilogue de clôture, Linden Lyons explique brièvement et clairement au lecteur que Hoth était un nazi dévoué et un antisémite. Cela rend beaucoup plus difficile pour un lecteur de s'éloigner de ce livre sans conclure que Hoth était à la fois un chef de guerre compétent, mais aussi un criminel de guerre avec des opinions vraiment répugnantes. C'est important. Lorsque Manstein, Guderian et de nombreux mémoires de leurs pairs ont été traduits en anglais il y a des décennies, leurs affirmations égoïstes d'innocence alors même que le plus grand projet nazi d'extermination se déroulait autour d'eux ont été autorisés à tenir. De telles décisions éditoriales ont joué un rôle clé en permettant aux lecteurs américains d'éloigner dangereusement ces hommes de la vraie nature du régime qu'ils servaient volontairement et avec enthousiasme.

Le seul vrai défaut de cette traduction est de ne pas fournir le même traitement contextuel aux insinuations répétées de Hoth dans le texte selon lesquelles les échecs militaires de la Wehrmacht étaient principalement la faute d'Hitler. Ainsi, lorsque Hoth discute de la lutte de juillet-août 1941 entre Hitler et ses généraux quant à la direction de Barberousse (les généraux ont préféré frapper Moscou immédiatement, Hitler voulait d'abord nettoyer les flancs) il n'y a pas de réel correctif aux opinions clairement biaisées de Hoth. C'est une honte. L'une des raisons pour lesquelles j'ai choisi de donner à ce livre une recommandation qualifiée est que Hoth n'est pas seulement quelqu'un qui peut écrire clairement sur les questions militaires opérationnelles (avec l'expérience correspondante), mais aussi que lorsqu'il choisit de le faire, il peut être intellectuellement honnête. Par exemple, il n'a aucun problème à considérer comme une erreur la décision de l'armée allemande de maintenir l'opération Typhon (le dernier déplacement du groupe d'armées vers Moscou) au-delà de la fin octobre.

Dans l'ensemble, si vous êtes un passionné d'histoire de niveau avancé de la guerre germano-soviétique de 1941-1945, je pense que vous aurez beaucoup à apprécier et même à apprendre de ce livre. De plus, vos connaissances préexistantes vous permettront de reconnaître lorsque vous entrez dans quelque chose d'autre que Hoth établit. Si vous n'êtes pas un étudiant avancé sur ces sujets, j'apprécie la décision de l'éditeur de demander à Lyons d'écrire son excellent et bien nécessaire correctif pour clarifier le dossier de Hoth quant aux crimes de guerre. Néanmoins, j'aurais aimé qu'il y ait eu un peu plus sur le rôle joué par Hoth dans son travail d'après-guerre avec ses anciens camarades pour rejeter la responsabilité de leurs échecs sur les cibles très faciles d'Hitler et de ses copains politiques tout aussi vils. Même quelques paragraphes de l'épilogue consacrés aux plus grandes erreurs de prise de décision de la direction de l'armée allemande qui ont joué un rôle tout aussi important dans la défaite ultime du Troisième Reich auraient été les bienvenus. Si cela avait été inclus, je n'aurais aucun problème à recommander ce livre à des lecteurs plus occasionnels de ces événements importants et pas seulement à ceux d'entre vous ayant une compréhension plus approfondie de la guerre.