Nouvelles

Elizabeth Virginia Wallace Truman - Histoire

Elizabeth Virginia Wallace Truman - Histoire

Bess Truman se considérait comme une "personne", mais pour son mari, le président Harry S Truman, elle était son "conseiller en chef". La présidente était fière de dire qu'elle était consultée sur toutes les questions importantes, la qualifiant de « partenaire à part entière dans toutes mes transactions » et « le patron qui dirige le patron ». Les Truman étaient des amoureux d'enfance qui se sont finalement mariés après le retour de Harry du service militaire pendant la Première Guerre mondiale. Après une entreprise commerciale ratée, Truman est devenu actif en politique, devenant finalement un sénateur américain en 1934. Bess n'était pas ravi quand Harry est devenu le colistier de FDR. Selon sa fille Margaret, Bess s'inquiétait des exigences de la vice-présidence, en particulier du manque d'intimité.

Dès qu'elle est devenue Première Dame, elle a mis fin à la pratique d'Eleanor Roosevelt de fréquentes conférences de presse. Elle n'est apparue en public que lorsque cela était nécessaire et s'est consacrée à faire de l'Executive Mansion une maison. C'est son commentaire désinvolte sur le fait que la vie à la Maison Blanche était « moyennement » qui a conduit à la prise de conscience que la vénérable maison avait de graves problèmes structurels et avait besoin de réparations considérables. Les Truman ont dû quitter le manoir alors qu'il était virtuellement reconstruit.

Bien que Mme Truman était considérée comme une hôtesse gracieuse, sa nature réservée la rendait peu connue du public. Elle n'a adopté aucune cause spéciale et, contrairement à son prédécesseur Eleanor Roosevelt, elle n'a causé aucune controverse indue. Lorsque les Truman sont revenus à Independence, dans le Missouri, à la fin de leurs années à la Maison Blanche, ses anciens voisins ont rapporté qu'elle était aussi intacte que si elle n'était jamais partie. Au moment de sa mort en 1982, elle avait 97 ans, la première dame la plus ancienne de l'histoire des États-Unis.


Elizabeth Virginia Wallace Truman - Histoire

Elizabeth Virginia Wallace est née le 13 février 1885 à Independence, Missouri.

Son père s'est suicidé quand elle avait 18 ans.

Elizabeth (Bess) a rencontré Harry Truman à l'école du dimanche quand elle avait cinq ans. Il avait six ans.

Elle a rencontré Harry pour la première fois à l'école du dimanche. Ils étaient camarades de classe au lycée. Après le lycée, ils sont partis dans des directions différentes. Ils se sont revus quelques années plus tard et se sont fréquentés pendant plusieurs années.

Quand Harry est revenu des combats en France pendant la Première Guerre mondiale, ils étaient mariés. C'était le 28 juin 1919.


Bibliothèque du Congrès

Harry a prêté serment en tant que président après la mort de Roosevelt.

Le 12 avril 1945, Elizabeth est devenue la Première Dame.

Bess était une grande fan de baseball.

Elle a renvoyé toute la lessive de sa famille à Independence, Missouri pour être lavée parce qu'elle n'aimait pas les services de blanchisserie à Washington, D.C.

Bess Truman ne voulait pas qu'Harry brigue un second mandat, mais elle l'a accompagné pendant la campagne électorale.

Le surnom de Harry pour Bess était "Le Boss".

Elle a appelé la Maison Blanche la Grande Prison Blanche. Elle a passé beaucoup de temps loin de la Maison Blanche. Bess est rentré chez lui à Independence pendant une grande partie du temps où Truman était président.

Elle a aidé Harry à écrire ses discours.

Bess et Harry Truman ont donné la première visite télévisée de la Maison Blanche.

Bess n'a jamais tenu de conférence de presse en tant que Première Dame.

Leur fille, Margaret, est l'auteur La Maison du Président. C'était une tournée à succès et une histoire de l'histoire de la Maison Blanche.

Margaret était également une chanteuse professionnelle.

Harry Truman est décédé en 1972. Bess vivait tranquillement à Independence, Missouri.

Le 18 octobre 1982, à l'âge de 97 ans, elle décède d'une crise cardiaque.

Elle était la première dame vivante la plus âgée.

Elle est enterrée à côté de son mari à Independence, Missouri.

Livres:
Barden, Cindy, Rencontrez les premières dames, Lorenz Corp.
Gormley, Beatrice,First Ladies: Women Who Called The White House Home (First Ladies), Scholastic Paperbacks, 1997
Smith, Carter, rédacteur en chef, Smithsonian Presidents and First Ladies DK Publishing, New York, 2002


Elizabeth Virginia Wallace Truman - Histoire

Elizabeth Virginie Wallace Truman

Des liens familiaux étroits dans la tradition du sud ont toujours été importants autour d'Independence, dans le Missouri, où une petite fille est née de Margaret ("Madge") Gates et de David Wallace le 13 février 1885. Baptisée Elizabeth Virginia, elle a grandi sous le nom de "Bess". Harry Truman , dont la famille a déménagé en ville en 1890, a toujours gardé sa première impression d'elle - "des boucles dorées" et "les plus beaux yeux bleus". Ils ont fréquenté les mêmes écoles de la cinquième année au lycée.

Ces dernières années, leur fille a écrit un croquis vivant de Bess en tant que fille : " un merveilleux athlète - le meilleur joueur de troisième but d'Independence, un superbe joueur de tennis, un patineur infatigable - et elle était
jolie d'ailleurs." Elle avait aussi beaucoup "des opinions bien arrêtées. et aucune hésitation à les énoncer dans le style du Missouri - directement à partir de l'épaule."

Pour Bess et Harry, la Première Guerre mondiale a modifié une parade nuptiale délibérée. Il a proposé et ils se sont fiancés avant que le lieutenant Truman ne parte pour les champs de bataille de France en 1918. Ils se sont mariés en juin 1919, ils ont vécu dans la maison de Mme Wallace, où Mary Margaret est née en 1924.

Lorsque Harry Truman est devenu actif en politique, Mme Truman a voyagé avec lui et a partagé ses apparitions sur la plate-forme comme le public s'attendait à ce que la femme d'un candidat le fasse. Son élection au Sénat en 1934 a emmené la famille à Washington. Réticente à être elle-même une personnalité publique, elle a toujours partagé ses pensées et ses intérêts en privé. Lorsqu'elle a rejoint son personnel de bureau en tant que secrétaire, a-t-il déclaré, elle a gagné « chaque centime que je lui paie ». colistier du quatrième mandat. Trois mois après leur investiture, Roosevelt était mort. Le 12 avril 1945, Harry Truman a prêté serment au président et Bess, qui a réussi à regarder avec calme, était la nouvelle Première Dame.

A la Maison Blanche, son manque d'intimité lui déplaît. Comme son mari le dira plus tard, elle n'était "pas spécialement intéressée" par "les formalités et le faste ou l'artificialité qui, comme nous l'avions appris. entourent inévitablement la famille du Président ». Alors que le manoir a été reconstruit au cours du second mandat, les Truman vivaient à Blair House et réduisaient au minimum la vie sociale.


Miss Truman visite La Habana (Vidéo 1948)

Elizabeth Virginia Wallace Truman (13 février 1885 – 18 octobre 1982), communément appelée Bess Truman, était l'épouse de Harry S. Truman et Première Dame des États-Unis de 1945 à 1953.

Elizabeth Virginia Wallace est née de David Willock Wallace (1860-1903) et de son épouse Margaret Elizabeth Gates (1862-1952) à Independence, Missouri et était connue sous le nom de Bessie pendant son enfance. Elle était l'aînée de quatre enfants, trois frères : Frank Gates Wallace (1887-1960), George Porterfield Wallace (1892-1963) et David Frederick Wallace (1900-1957).

Harry Truman, dont la famille a déménagé en ville en 1890, a toujours gardé la première impression qu'il a faite lorsqu'il l'a vue à l'école du dimanche, " Boucles d'or et " les plus beaux yeux ". Un parent a dit qu'il y avait une autre fille au monde pour lui. Ils étaient camarades de classe de la première année au lycée.

Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, elle a étudié à la William Chrisman High School for Girls à Kansas City, Missouri. En 1903, son père se suicide et elle retourne à l'Indépendance avec sa mère.

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale a changé la lente et cérémonieuse procession de Truman. Le lieutenant Truman fut déclaré et engagé avant le départ pour la France en 1918. Ils se marièrent le 28 juin 1919 et vécurent dans la maison de sa mère. Il y a eu quelques enfants qui ont mal tourné à la naissance et plusieurs avortements avant la naissance de sa fille Mary Margaret (1924-2008).

Alors que Harry devenait plus actif en politique, Bess a voyagé avec lui, partageant ses apparitions publiques comme attendu de la femme d'un candidat. Son entrée au Sénat en 1934 fit déménager la famille à Washington, DC. Il fut élu vice-président en 1944. À la mort de Roosevelt le 12 avril 1945, Harry prêta le serment présidentiel. Bess a gardé son sang-froid et est devenu la nouvelle Première Dame.

Harry et Bess sont morts en 1972, il a continué sa vie tranquillement, profitant des visites de Margaret et de son mari Clifton Daniel, qui lui ont amené quatre enfants. Bess a accepté d'être le président d'honneur de la campagne de réélection du sénateur Thomas Eagleton était le démocrate du Missouri.

Bess est décédé le 18 octobre 1982 d'une insuffisance cardiaque congestive. Ils ont organisé un service funéraire privé le 21, après quoi il a été enterré à côté de son mari sur le terrain de la Harry S. Library Truman.

A 97 ans, elle est toujours la première dame la plus longue de l'histoire des États-Unis. Le seul parent proche d'un président américain qui a vécu plus longtemps que Bess Truman était la mère de John F. Kennedy, Rose Fitzgerald Kennedy, décédée à 104 ans en 1995.

Sources : Vimeo/MemoriasdeCuba/TheCubanHistory.com
Miss Truman visita la Habana/L'histoire cubaine/ Arnoldo Varona, rédacteur en chef

MISS TRUMAN VISITA A LA HABANA CON SU HIJA (1948)

Elizabeth Virginie Wallace Truman

Elizabeth Virginia Wallace Truman (13 de febrero de 1885 – 18 de octubre de 1982), comúnmente conocida por Bess Truman, fue la esposa de Harry S. Truman y Primera Dama de los Estados Unidos desde 1945 hasta 1953.

Elizabeth Virginia Wallace nació de David Willock Wallace (1860-1903) y su esposa Margaret Elizabeth Gates (1862-1952) en Independence, Missouri y era conocida por Bessie durante su infancia. Era la mayor de cuatro hijos, tres hermanos : Frank Gates Wallace (1887-1960), George Porterfield Wallace (1892-1963) et David Frederick Wallace (1900-1957).

Harry Truman, cuya familia se mudó al pueblo en 1890, siempre conservó la primera impresión que le causó ella cuando la vió en la escuela dominical: “Rizos de Oro” y “los ojos más hermosos”. Un familier dijo “no había otra muchacha en el mundo” para él. Fueron compañeros de escuela desde el primer grado hasta la enseñanza media superior.

Después de graduados de la enseñanza media superior ella estudió en la escuela preparatoria William Chrisman para señoritas à Kansas City, Missouri. En 1903, su padre se suicidó y ella retornó a Independence con su madre.

El estallido de la Primera Guerra Mundial alteró el lento y ceremonioso cortejo de Truman. El teniente Truman se declaró y estuvieron comprometidos antes de que el partyra para Francia en 1918. Se casaron el 28 de junio de 1919 y vivieron en la casa de la madre de ella. Hubo un par de niños que se malograron al nacer y varios abortos antes que naciera su hija Mary Margaret (1924-2008).

A medida que Harry se hacía más activo en política, Bess viajaba con él, compartiendo sus apariciones públicas tal y como se esperaba de una esposa de candidato. Su entrada al Senado en 1934 hizo que la familia se mudara a Washington, D.C. Fue elegido Vice Presidente en 1944. Al fallecimiento de Roosevelt el 12 de abril de 1945, Harry tomó el juramento presidencial. Bess conservó su compostura y se convirtió en la nouvelle Primera Dama.

Harry murió en 1972 y Bess continuó su vida silenciosamente, disfrutando de las visitas de Margaret y su marido Clifton Daniel que traían sus cuatro hijos. Bess accedió a ser la presidenta honoraria de la campaña de reelección del Senador Thomas Eagleton que era Demócrata por Missouri.

Bess murió el 18 octubre de 1982 de un fallo cardíaco congestivo. Se celebró un servicio funerario privado el día 21, después de lo cual fue enterrada al lado de su esposo en los jardines de la Biblioteca Harry S. Truman.

A sus 97 años ella sigue siendo la Primera Dama más longeva en la historia de los Estados Unidos. El único pariente cercano de un Presidente de los Estados Unidos que ha vifo más tiempo que Bess Truman fue la madre de John F. Kennedy, Rose Fitzgerald Kennedy que murió a los 104 años en 1995.


Premières dames : Elizabeth Virginia Wallace Truman

Elizabeth Virginia “Bess” Truman était l'épouse du président Harry S. Truman. Elle détient actuellement le record de première dame ayant vécu le plus longtemps, à 97 ans et 8 mois.

Bess Truman

Elizabeth Virginia “Bess” Wallace est née le 13 février 1885 à Independence, Missouri. Elle était connue sous le nom de Bessie à un très jeune âge. Elle était l'aînée des quatre enfants nés de David Willock et Margaret Elizabeth Gates Wallace.

Enfant, Bess avait la réputation d'être un garçon manqué, mais était également connue pour son sens de la mode. “Bess a toujours eu des chapeaux plus élégants que le reste d'entre nous, ou elle les portait avec plus de style.”

Harry Truman a rencontré Bess peu de temps après que sa famille a déménagé à Independence, et les deux sont allés à l'école ensemble jusqu'à l'obtention de leur diplôme.

Son père est décédé en 1903. Bess, sa mère et ses frères ont emménagé chez ses grands-parents maternels.

Après avoir terminé ses études secondaires, elle a fréquenté l'école de finition pour filles de Miss Barstow.

Elle a épousé Harry Truman à Independence, Missouri en 1919. Ils s'étaient fiancés avant qu'il ne soit envoyé au service pendant la Première Guerre mondiale. Le couple aurait une fille, Margaret, née en 1924.

En 1934, la famille Truman déménage à Washington, DC. Elle est devenue très impliquée dans diverses organisations et a rejoint le personnel de son mari pour répondre au courrier et éditer des rapports.

Harry et Bess Truman

Avec la mort du président Franklin D. Roosevelt, son mari est devenu président en avril 1945, alors que la Seconde Guerre mondiale touchait à sa fin.

Bess Truman n'a pas apprécié le manque d'intimité à la Maison Blanche et n'a fait que ce qu'elle avait à faire. Elle ne venait souvent à Washington que pendant la saison sociale, alors qu'on s'attendait à ce qu'elle y soit.

Lorsque la Maison Blanche a été reconstruite pendant le second mandat de Truman, la famille vivait à Blair House et a réduit sa vie sociale au minimum.

En tant que première dame, Bess a été présidente honoraire des Girl Scouts, du Womens’ National Democratic Club et de la Washington Animal Rescue League. Elle a été présidente d'honneur de la Croix-Rouge américaine.

Après avoir quitté la présidence en 1953, les Truman sont revenus à Independence, Missouri.

Bess Truman

En 1959, Bess a subi une mastectomie pour enlever une grosse tumeur bénigne.

Lorsque le président Lyndon Johnson a promulgué Medicare en 1965, les Truman ont été les premiers à en bénéficier.

Le président Truman est décédé en 1972. Bess lui a survécu une décennie, vivant tranquillement dans sa maison et passant du temps avec sa famille.

Bess Truman est décédé le 18 octobre 1982 d'une insuffisance cardiaque congestive. Elle avait 97 ans.

Elle a été enterrée à côté de son mari à la bibliothèque Harry S. Truman à Independence, Missouri.

L'une des meilleures documentations sur le personnage de la première dame Bess Wallace Truman a peut-être été publiée dans un article d'avril 1949 dans le magazine “McCall’s”. Le magazine a cité Jonathan Daniels, ancien attaché de presse du président Franklin Roosevelt, disant que «Bess Truman est une femme inchangée par la Maison Blanche et déterminée à rester toujours ce qu'elle est.


Elizabeth Truman

Coup de sifflet en 1948, le président Harry S. Truman terminait souvent son discours de campagne en présentant sa femme comme « la patronne » et sa fille, Margaret, comme « la patronne du patron », et ils souriaient et saluaient tandis que le train prenait de la vitesse. La vue de cette famille unie luttant vaillamment contre de si longues probabilités avait beaucoup à voir avec sa victoire surprise aux urnes en novembre.

Des liens familiaux étroits dans la tradition méridionale ont toujours été importants autour d'Independence, Missouri, où une petite fille est née de Margaret ("Madge") Gates et David Wallace le 13 février 1885. Baptisée Elizabeth Virginia, elle a grandi sous le nom de "Bess". " Harry Truman, dont la famille a déménagé en ville en 1890, a toujours gardé sa première impression d'elle : "des boucles dorées" et "les plus beaux yeux bleus". Un parent a dit, "il n'y a jamais eu qu'une seule fille dans le monde" pour lui. Ils ont fréquenté les mêmes écoles de la cinquième année au lycée.

Leur fille a écrit un croquis vivant de Bess en tant que fille : « une merveilleuse athlète – le meilleur joueur de troisième but d'Independence, une superbe joueuse de tennis, une patineuse infatigable – et elle était jolie en plus. Elle avait également de nombreuses « opinions bien arrêtées… et n'hésitait pas à les exprimer à la manière du Missouri – directement à partir de l'épaule ».

Pour Bess et Harry, la Première Guerre mondiale a modifié leur cour. Il a proposé et ils se sont fiancés avant que le lieutenant Truman ne parte pour les champs de bataille de France en 1918. Ils se sont mariés en juin 1919, ils ont vécu dans la maison de Mme Wallace, où Mary Margaret est née en 1924.

Lorsque Harry Truman est devenu actif en politique, Mme Truman a voyagé avec lui et a partagé ses apparitions sur la plate-forme comme le public s'attendait à ce que la femme d'un candidat le fasse. Son élection au Sénat en 1934 a emmené la famille à Washington. Réticente à être elle-même une personnalité publique, elle a toujours partagé ses pensées et ses intérêts en privé. Quand elle a rejoint son personnel de bureau en tant que secrétaire, a-t-il dit, elle a gagné « chaque centime que je lui paie ». Son rôle en temps de guerre en tant que président d'un comité spécial sur les dépenses de défense lui a valu une reconnaissance nationale et une place sur le ticket démocrate en tant que colistier pour le quatrième mandat du président Roosevelt. Trois mois après leur investiture, Roosevelt était mort. Le 12 avril 1945, Harry S. Truman a prêté serment dans la salle du Cabinet de l'aile ouest et Bess, qui a réussi à regarder avec calme, était la nouvelle première dame.

A la Maison Blanche, le manque d'intimité lui déplaît. Comme son mari le dira plus tard, elle n'était "pas spécialement intéressée" par "les formalités et le faste ou l'artificialité qui, comme nous l'avions appris... entourent inévitablement la famille du président". Bien qu'elle remplissait consciencieusement les obligations sociales de sa position, elle ne faisait que ce qui était nécessaire. Alors que le manoir a été reconstruit au cours du second mandat, les Truman vivaient à Blair House et réduisaient au minimum la vie sociale.

Ils sont revenus à Independence en 1953. Après la mort de son mari en 1972, Mme Truman a continué à vivre dans la maison familiale. Là, elle a apprécié les visites de Margaret et de son mari, Clifton Daniel, et de leurs quatre fils. Elle est décédée en 1982 et a été enterrée à côté de son mari dans la cour de la bibliothèque et du musée présidentiels Harry S. Truman.


Elizabeth Virginie Wallace Truman

Bess Truman a été première dame tout au long des deux mandats de son mari Harry Truman dans les années 1945-1953. Bess avait 60 ans lorsqu'elle est devenue première dame.

Bess a choisi de ne pas suivre directement les traces d'Eleanor Roosevelt en tant que première dame et a plutôt cherché à façonner son rôle à sa manière hors des projecteurs. Dans son départ le plus important du rôle d'Eleanor, Bess a refusé de parler en public. Ainsi, au lieu de rencontrer des journalistes pour des conférences de presse, Bess a fourni des réponses écrites aux questions des journalistes. Bien qu'elle n'ait pas prononcé de discours, Bess a conseillé son mari tout au long de sa carrière politique et a même travaillé comme membre rémunéré de son personnel lorsqu'il était sénateur. Elle et son mari n'étaient pas seulement dévoués l'un à l'autre, mais aussi à leur fille Margaret, qui était étudiante à l'Université George Washington au moment où les Truman sont entrés à la Maison Blanche. Bien que Margaret n'ait pas vécu à temps plein à la Maison Blanche, les membres du personnel appelaient souvent la famille extrêmement proche « les trois mousquetaires ».

Devis

Concernant son rôle en tant qu'épouse politique, Bess a fait remarquer un jour : « La place d'une femme en public est de s'asseoir à côté de son mari, de se taire et de s'assurer que son chapeau est bien droit.

Margaret Truman a noté la réticence de sa mère à parler à la presse : "Mère a considéré une conférence de presse comme une visite dans une cage de cobras."


La maison Truman

La maison Wallace-Gates (plus tard Truman) à travers les années. Haut : années 1880, 2e : années 1930, 3e : années 1950, bas : présent

La maison au 219 North Delaware St. était la maison de Harry S Truman depuis son mariage avec Bess Wallace en 1919, jusqu'à sa mort le 26 décembre 1972. Le grand-père maternel de Bess Truman, George Porterfield Gates, a construit la maison en 1867 , et a ajouté un grand ajout à la maison de deux étages en 1885. Le résultat était l'une des maisons victoriennes les plus prestigieuses de l'indépendance avec 14 chambres et un peu moins de 8 800 pieds carrés.

La fille aînée de George P. Gate, Margaret Elizabeth ('Madge') a épousé David W. Wallace en 1883. Les Wallace vivaient à trois kilomètres de la maison Gates au 117 W. Ruby. C'est ici que le premier enfant du couple, Elizabeth ('Bessie/Bess') Virginia Wallace, est né le 13 février 1885. Les Wallace ont déménagé à deux pâtés de maisons de la maison Gates au 608 N. Delaware en 1887. Après la mort (suicide ) du père de Bess en 1903, la famille a déménagé au Colorado pendant un an avant de retourner à Independence, emménageant dans la maison du 219 N. Delaware.

Le 28 juin 1919, Harry S Truman et Elizabeth (Bess) Virginia Wallace se sont mariés. La réception de mariage a eu lieu sur le terrain de la maison au 219 North Delaware Street. Après la lune de miel, les Truman sont retournés vivre dans la maison familiale. Harry Truman a acquis une véritable famille élargie lorsqu'il a emménagé dans la maison. La mère de Bess, Madge Gates Wallace, et sa grand-mère, Elizabeth Gates, vivaient avec le couple. Les frères de Bess, Frank et George, ont construit de petites maisons sur la propriété.

Pendant la présidence de Truman, la maison servait de "Maison Blanche d'été" de Truman et était souvent utilisée par la famille lorsqu'elle était loin de Washington et en vacances. Cependant, les Truman ne possédaient réellement la maison qu'après la mort de la mère de Bess en 1952. Après avoir quitté la présidence, les Truman sont rentrés chez eux à Independence.

La période post-présidentielle représente un moment où les Truman ont entrepris leur programme de « modernisation » ou d'amélioration de l'habitat. Sur une période de plusieurs années, ils ont apporté des modifications pour façonner l'ancienne maison familiale en fonction de leurs goûts particuliers.

Aujourd'hui, le Truman Home offre un aperçu de la vie personnelle du 33e président des États-Unis. Belle dans sa banalité épurée, la maison Truman met en valeur la vie simple que la famille a connue pendant l'indépendance avant et après les années de président de Harry.

Apprenez-en plus sur l'histoire de la maison au 219 N. Delaware en consultant le rapport sur les structures historiques du parc.


Harry S. Truman et Elizabeth Virginia Wallace Truman


"Dites-leur d'aller au diable et dites-lui que la vice-présidence est aussi utile qu'une cinquième tétine de vache." C'était la première réponse de Harry Truman lorsqu'il a entendu que FDR voulait l'engager comme colistier.

Comme Truman l'a dit : « La salle était bondée et chaque fichu politicien qui était un patron était là ainsi qu'une demi-douzaine de gouverneurs. Ils ont tous dit « Harry, nous voulons que tu sois vice-président. » Et j'ai dit : « Je ne vais pas le faire. » Eh bien, Bob Hanagan avait appelé Roosevelt qui était à San Diego. "Ils l'ont finalement eu au téléphone, et avec Roosevelt, vous n'aviez pas besoin de téléphone, tout ce que vous aviez à faire était de lever la fenêtre et vous pouviez l'entendre."

"J'étais assis sur un lit jumeau et Bob était assis sur l'autre dans cette pièce et Roosevelt a dit, [ici Harry Truman a donné une imitation presque parfaite de FDR, l'accent Haa-vaard et tout] ' Bob, avez-vous compris gars aligné pour la vice-présidence ?" Et Bob a dit, 'Non, c'est la mule du Missouri le plus contraire que j'aie jamais vu.' au milieu d'une guerre et peut-être perdre la guerre, c'est à lui de décider.

Heureusement, le destin a donné une bonne main à l'Amérique. Harry Truman est devenu vice-président de FDR, et seulement trois mois plus tard, il est devenu président.

La mort de FDR a surpris Truman. À 17 h 10, le vice-président Truman s'est rendu dans le bureau du président Sam Rayburn. Tout le monde appelait son bureau caché « La salle du Conseil de l'éducation ». Situé à l'extrémité de la maison du Capitole, c'était l'endroit où les amis de l'orateur se réunissaient généralement à la fin de la journée pour un peu de camaraderie et de libation. Ils ont appelé cela « un coup porté à la liberté ». Rayburn a donné à Truman le message d'appeler immédiatement la Maison Blanche. « Venez s'il vous plaît », lui a-t-on dit, « et entrez par l'entrée principale de Pennsylvania Avenue. » Le visage de Harry devint blanc. « Saint général Jackson », a-t-il dit, et il a couru jusqu'à la Maison Blanche, s'y rendant à 5h25. Dans le bureau de Mme Roosevelt, elle lui a annoncé la triste nouvelle. "Harry," dit-elle "le président est mort."

Truman, abasourdi dans le silence, a finalement réussi à s'étouffer: "Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous?" Ce à quoi Eleanor a répondu : « Non, Harry. Mais y a-t-il quelque chose que nous puissions faire pour vous ? Car tu es celui qui a des ennuis maintenant. Le lendemain, le premier jour complet de Truman en tant que président, était le vendredi 13 avril.

Harry Truman s'était contenté d'être le sénateur Truman, le gentleman du Missouri. Il savait qu'en tant que vice-président, il n'était qu'à un battement de cœur de la présidence et maintenant que la peur était devenue une réalité. Mais Truman, qui s'est toujours cru indigne d'une responsabilité aussi impressionnante, s'est attaqué au travail avec son enthousiasme habituel. Et, heureusement pour l'Amérique, il était au bon endroit au bon moment.

FDR est toujours considéré comme l'un des plus grands présidents par les historiens d'aujourd'hui, et en 1945, il était certainement un acte difficile à suivre. Mais Harry Truman a pris les rênes du gouvernement comme personne ne l'aurait cru. Considéré comme un piratage politique par les courtiers en pouvoir de Washington, Truman a rapidement prouvé sa capacité exceptionnelle à diriger.

L'une des premières déclarations de Truman à la presse : « Les garçons, si jamais vous priez, priez pour moi maintenant. Je ne sais pas si tu as déjà eu une charge de foin qui t'est tombée dessus, mais j'ai l'impression que les étoiles, la lune et toutes les planètes sont tombées sur moi.

« Bonne chance, Monsieur le Président », a lancé l'un des journalistes.

Harry Truman a répondu avec un gros soupir, "J'aurais aimé que vous ne m'appeliez pas comme ça."

L'homme d'Independence, Missouri, était très différent du patricien Roosevelt. Il croyait qu'il fallait le dire tel qu'il est et était souvent réprimandé par Mme Truman pour son langage poivré. Harry a appelé sa femme le patron et a apprécié ses conseils. Même la mère de Truman le connaissait comme une mule contraire. Quand il l'a appelée un jour, elle l'a prévenu : "Maintenant, tu te comportes bien là-haut, Harry."

Mais Truman avait son propre esprit et il ne tolérait aucune bêtise. Lors d'un appel téléphonique avec l'ancienne secrétaire au Commerce Jessie Jones, le président a déclaré: "J'ai envoyé le nom de John Snyder au Sénat pour confirmation en tant qu'administrateur fédéral des prêts."

« Le président a-t-il pris cette nomination avant de mourir ? » Jones a demandé.

"Non", répondit Truman avec emphase, "il vient de le faire."

Ce n'est pas un hasard si Harry Truman a adopté "The Buck Stops Here" comme sa propre devise. La responsabilité de la présidence était à lui et à lui seul, et il a montré au monde ce qu'il pouvait faire. Truman a impressionné la nation et les dignitaires étrangers comme un homme simple, sans prétention et terre-à-terre, sans aucune attente d'entrer dans les livres d'histoire en tant que grand président. Truman était cependant un leader décisif. Quand il a pris sa décision, il a suivi, peu importe les conséquences. Sa décision de limoger le général Douglas MacArthur, bien que controversée, est un exemple de quelque chose que Truman a estimé qu'il devait faire. Lorsqu'on lui a demandé comment il se sentait après avoir pris la décision de renvoyer le héros de la Seconde Guerre mondiale, il a répondu: "J'ai préparé un sandwich, j'ai bu un verre de lait chaud et j'ai passé une bonne nuit." Il a ajouté : « J'ai congédié le général MacArthur parce qu'il ne respecterait pas l'autorité du président. Je ne l'ai pas viré parce que c'était un fils de pute idiot, bien qu'il l'était, mais ce n'est pas contre la loi pour les généraux.

« Le peuple américain peut toujours voir à travers une contrefaçon. Cela prend parfois un peu de temps, mais finalement, ils peuvent toujours en repérer un », a-t-il déclaré. Truman croyait farouchement en la Constitution comme loi du pays et il craignait que l'Amérique perde son innocence s'il laissait ses généraux l'écraser. Lorsqu'il a licencié MacArthur, il a appris qu'il n'avait pas à craindre cela. Truman tenait en haute estime le général George C. Marshal et le général Omar Bradley, mais le reste ne l'impressionnait pas. Et il a trouvé très difficile de dire quoi que ce soit de bien sur Dwight D. Eisenhower. Il a estimé que Bradley et Marshal étaient de grands hommes, et seraient de grands hommes, quoi qu'ils fassent. Le président Truman considérait Ike comme grossier et odieux. Il a dit qu'Eisenhower avait la réputation d'être un homme facile à vivre, mais ce n'était pas le cas. "C'est l'une des personnes les plus difficiles que j'aie jamais rencontrées dans ma vie. On m'a dit qu'une fois à la Maison Blanche, il traitait son personnel pire qu'une bande d'hommes enrôlés.

Lors de l'inauguration d'Ike, il voulait traiter le président comme MacArthur l'a fait à Wake Island. Mais Truman était président jusqu'à l'assermentation et ne le tolérerait pas. Ike avait voulu que le président vienne le chercher à l'hôtel Statler et l'emmène à l'inauguration. Truman a déclaré: "Une chose comme celle-là ne s'était jamais produite auparavant dans l'histoire américaine et cela m'a indiqué que non seulement il ne connaissait pas l'histoire américaine, mais qu'il n'avait personne autour qui le savait non plus." Ike est finalement arrivé à la Maison Blanche pour récupérer Truman, mais il ne voulait pas sortir de la voiture. Truman a été forcé de le rencontrer dans le véhicule. "C'était honteux et il n'y a pas eu beaucoup de conversation sur le chemin du Capitole", a déclaré Truman.

Le trajet a été décrit dans le livre de Truman, Mr. Citizen : « Le trajet dans le défilé sur Pennsylvania Avenue était assez restreint en ce qui concerne les occupants de la voiture. Nous avons commencé notre voyage en silence, puis Ike s'est porté volontaire pour m'informer : « Je n'ai pas assisté à votre investiture en 1948 par considération pour vous, car si j'avais été présent, j'aurais détourné l'attention de vous. discussion en soulignant que s'il l'avait envoyé chercher, Ike aurait été là.

Le reste du voyage se poursuivit en silence. Plus tard dans la journée, juste avant la cérémonie d'assermentation, Ike et Truman étaient assis dans le bureau du sergent d'armes au Capitole, attendant d'être escortés jusqu'à la plate-forme d'inauguration. Soudainement, le général Eisenhower s'est tourné vers Truman et a dit : « Je me demande qui est responsable de l'ordre de mon fils, John, à Washington depuis la Corée. Je me demande qui essaie de m'embarrasser. Truman répondit : « Le président des États-Unis a ordonné à votre fils d'assister à votre investiture. Le président des États-Unis a pensé qu'il était juste et approprié que votre fils assiste à la prestation de serment de son père en tant que président, et si vous pensez que quelqu'un essayait de vous embarrasser avec cet ordre, alors le président assume l'entière responsabilité. Le président confia plus tard à des amis : « Je ne vois pas comment un pays peut produire des hommes comme Robert E. Lee, John Pershing, George C. Marshal et Omar Bradley et, en même temps, produire Custers, Pattons, MacArthurs et Eisenhowers.

Harry Truman était un homme loyal, parfois à l'excès. Et personne qui avait quelque chose de désobligeant à dire sur sa famille n'a échappé à sa colère. When Paul Hume of The Washington Post criticized first daughter, Margaret, on her debut as a professional singer, the president wrote him a letter that has since become a famous example of the president’s colorful tongue. “The next time that we meet, Mr. Hume,” Truman wrote, “you will need a new nose, a beefsteak for your eye and supporter below.” Truman loved using the word “manure” where ever he could slide it in. Once asked why she allowed him to use such language, Mrs. Truman replied that it took her twenty years just to get him to use that word.

Second only to Eisenhower in Harry Truman’s low regard was Congressman Richard Nixon. Truman loathed Nixon because Nixon was responsible for a McCarthy communist witch-hunt being mounted against him. The President’s response to the allegations was simple and to the point. “If I am a traitor, the United States is in a helluva shape.” About his accuser he said, “Nixon was a two-faced, goddamn liar.” Several years later, former President Harry Truman was invited to speak at a small college in my hometown. After his talk, Vince Gaughan, my political mentor, and I went to a very small private reception in Truman’s honor. I was able to ask him if he still felt the same way about Nixon. He smiled and said, “Son, always remember what a three-time loser is.”

“What’s that, Mr. President?” J'ai demandé.

“That’s a pregnant prostitute, driving down the street in an Edsel wearing a Nixon button.” Interestingly enough, this happened well before the Watergate scandal captured the headlines. I have never forgotten that day and I never will.

Harry Truman was often heard to say, “With Bess at my side, I can do anything.” Mrs. Truman was a grand lady in her own right, who took great delight in her husband and family. She once related a story about the couple taking a steamship vacation to Hawaii after Eisenhower’s inauguration. They were to have dinner with George Killian, the head of the steamship company. They arrived in the right San Francisco neighborhood, but the wrong address. Mrs. Truman recounted, “Harry rang the bell and a man answered who looked very Republican. ‘Does Mr. Killian live here?’ Harry asked. ‘No,’ said the man, then gave my husband a closer look and said, ‘By the way, I hope your feelings won’t be hurt, but you look exactly like Harry Truman.’ Harry responded, ‘I hope your feelings won’t be hurt either, because I am Harry Truman.’”

Mrs. Truman never let her extensive calendar of public activities interfere with her devotion to Harry and their only daughter, Margaret. Both parents doted on their child and she returned their affection wholeheartedly. The closeness of the family prompted the White House staff to nickname them “The Three Musketeers.”

Bess Wallace Truman had no love for the position of First Lady or the publicity that necessarily surrounded it. She was a reserved woman, very shy and very much the product of her small-town southern background. She was a very formal lady, which sometimes made her seem cold and forbidding. By Victorian tradition, the names of women like Bess were only permitted to appear in the newspaper three times in their lives: to announce her birth, to announce her marriage, and to announce her death. Despite this intense dislike of the spotlight, Bess Truman carried out her duties as First Lady with a dignity that soon garnered the public’s respect. She personally greeted visitors to the White House, christened ships and planes, opened bazaars, attended luncheons and hosted receptions and state dinners. She shook so many hands that she required physical therapy after social functions.

Mrs. Truman was the first First Lady to take on the job of bookkeeping for the White House. She tried to run the White House like a business and began by cutting out the daily breakfast for the “sleep out” employees. Mrs. Truman paid careful attention to the menus and made sure that food was carefully prepared. She believed that the refreshments for all social functions should be prepared in the White House even the teas that were attended by thousands of people.

In the midst of one formal reception for officials of the federal government, the President heard a chandelier above his head in the blue room make an unnatural tinkling. An investigation soon showed that the floor of the second-floor oval study was in bad condition. Structurally, the White House was about to collapse. The only part of the original mansion found to be solid was the old outer wall. The President and his family moved into Blair House, the nation’s guest house for foreign dignitaries across the street from the White House. The job of restoring the White House and making it safe for future presidents required five million dollars and three years to complete.

The move to Blair House meant that social activities during the President’s second term in office would have to be curtailed. The obligatory state dinners were held in one of Washington’s hotels, usually the Mayflower. A whole series of parties were often necessary where one would have sufficed. But the Trumans handled the problem with grace, even inaugurating a series of parties for the wounded war veterans still being treated at military hospitals around Washington. The social highlight of the second Truman administration was the 1951 visit of Princess Elizabeth, then heir to the throne of Great Britain, and her husband Prince Philip. It was not easy to accommodate royalty in the temporary White House. Mrs. Truman and her staff managed it beautifully, right down to a full state dinner.

The Trumans brought both simplicity and panache to the White House. While Harry Truman will certainly be considered one of the great American presidents, Bess was an integral part of that success. Truman wrote after his retirement, “I hope someday someone will take the time to evaluate the true role of the wife of a President and to assess the many burdens she has to bear and contributions she makes.”

Cette Harry S. Truman and Elizabeth Virginia Wallace Truman recipe is from the Secrets from the White House Kitchens Cookbook. Download this Cookbook today.


Contenu

Bess Truman was born Elizabeth Virginia Wallace on February 13, 1885, to Margaret Elizabeth Gates (August 4, 1862 – December 5, 1952, daughter of George Porterfield Gates, co-founder of the Waggoner Gates Milling Company) [1] and David Willock Wallace (June 15, 1860 – June 17, 1903, a local politician, son of a former Independence mayor) [1] in Independence, Missouri, and was known as Bessie during her childhood. She was the eldest of four three brothers: Frank Gates Wallace, (March 4, 1887 – August 12, 1960), George Porterfield Wallace, (May 1, 1892 – May 24, 1963), David Frederick Wallace, (January 7, 1900 – September 30, 1957). Bess had a reputation as a tomboy as a child. [2] As a young woman, Bess enjoyed expressing herself through her fashion and hats a friend was quoted "Bess always had more stylish hats than the rest of us did, or she wore them with more style." [3]

Harry Truman met Bess soon after his family moved to Independence, and the two attended school together until graduation. [4]

After graduating from William Chrisman High School (then known as Independence High School) she studied at Miss Barstow's Finishing School for Girls in Kansas City, Missouri. Bess played on the women's basketball team when she was not studying literature or the French language. [5]

In 1903, her father rose very early one morning, climbed into the family bathtub, and died by suicide by shooting himself in the head. According to biographer David McCullough, the cause for his suicide is unknown, with speculation ranging from depression to mounting debts. [6] [7] [8]

After graduation, Bess went on to fulfill many job positions. She was Manager, Accountant, at Truman- Jacobsen Haberdashery from 1919 to 1922. She went on to become an Advisor, Aide to County Judge, easter district of Jackson County, Missouri from 1922-1924. Next, Bess took another Advisor, Aide position with the Presiding Judge of County Court, easter district fo Jackson County, Missouri from 1926 to 1934. She then worked as a Senator Advisor, Aide from 1935-1945, before becoming Second Lady. [5]

Bess and Harry Truman married on June 28, 1919, at Trinity Episcopal Church in Independence. [9] Harry courted Bess before he went off to fight during World War I he proposed in 1911, but she turned him down. Truman later said that he intended to propose again, but when he did he wanted to be earning more money than a farmer did. [10] Their only daughter, Margaret, was born in 1924. [2]

When Truman was elected as a Senator from Missouri in 1934, the family moved to Washington, DC. Mrs. Truman became a member of the Congressional Club, the PEO Sisterhood, the H Street United Service Organization, and the Red Cross work of the Senate Wives Club. She joined her husband's staff as a clerk, answering personal mail and editing committee reports when he became Chairman of the Senate Special Committee to Investigate the National Defense Program. [2]

When Truman accepted the role of Vice President to President Roosevelt, Bess was not entirely pleased. She wanted to return to their life in Missouri, but she also feared that Roosevelt would die, making her husband the President. [5]

Bess found the White House's lack of privacy distasteful. As her husband put it later, she was "not especially interested" in the "formalities and pomp or the artificiality which, as we had learned. inevitably surround the family of the President." Though she steadfastly fulfilled the social obligations of her position, she did only what she thought was necessary. When the White House was rebuilt during Truman's second term, the family lived in Blair House and kept their social life to a minimum. In most years of her husband's presidency, Mrs. Truman was not regularly present in Washington other than during the social season when her presence was expected. [11] When Bess was in Washington, she held a weekly Spanish language class for her and her local friends. [5] The contrast with Bess's activist predecessor Eleanor Roosevelt was considerable. Unlike her, Bess held only one press conference after many requests from the media. [12] The press conference consisted of written questions in advance and the written replies were mostly monosyllabic along with many no comments. [13] When asked why she did not want to give press conferences she replied "I am not the one who is elected. I have nothing to say to the public." [3] Bess's response to whether she wanted her daughter Margaret to become president was "most definitely not." Her reply to what she wanted to do after her husband left office was "return to Independence". [14] The lack of interaction with the media was due to Bess's fear of public opinion. She feared that someone would bring up her father's suicide or judge her for this past. [5]

Privately, Bess was an unofficial advisor to her husband, President Truman. She never told him what to do as President, but she often offered her opinion on matters he was unsure of. Bess would also assist President Truman with his speeches, including his speech on the Truman Doctrine. In addition to speeches, Bess reviewed and commented on Truman's work at the end of every day, and played an influential role in his 1948 campaign. [5]

As First Lady, Bess served as Honorary President of the Girl Scouts, the Woman's National Democratic Club, and the Washington Animal Rescue League. She was Honorary Chairman of the American Red Cross. [2]

Bess worked with various organizations, but she never adopted a group or cause to focus on, as many First Ladies do. [5]

In 1953, the Trumans went back to Independence and the family home at 219 North Delaware Street, where the former president worked on building his library and writing his memoirs. Bess fully recovered following a 1959 mastectomy in which doctors removed a large, but benign, tumor. [15]

When President Lyndon Johnson signed Medicare into law in 1965, the Trumans were the first senior citizens to receive Medicare cards, presented to them by Johnson at the Truman Library. [16]

In 1961, David Susskind conducted a series of interviews with former President Truman in Independence. After picking Truman up at his home to take him to the Truman Presidential Library for the interviews over several days, Susskind asked Truman why he had not been invited into the home. According to presidential historian Michael Beschloss, Truman flatly told Susskind, "This is Bess's house" and that there had never been nor would there ever be a Jewish guest. [17]

At the time of her husband's death in 1972 at age 88, she was 87, making them the oldest couple having occupied the White House at that time. Bess agreed to be the honorary chairman for the reelection campaign of Sen. Thomas Eagleton (D-Missouri). [18]

Bess continued to live quietly in Independence for the last decade of her life, being visited by her daughter and grandchildren. She died on October 18, 1982, from congestive heart failure at the age of 97 a private funeral service was held on October 21. Afterwards, she was buried beside her husband in the courtyard of the Harry S. Truman Library in Independence, Missouri. [19]

Bess Truman remains the longest-lived First Lady and Second Lady in United States history. [18]